Présence de l’IE au sein des articles académiques entre 1960 et 2009. par Romain Zerbib


Cette étude (synthétisée) a pour objet d’illustrer la diffusion de l’IE au sein des ouvrages académiques (relus par un comité de lecture) entre 1960 et 2009. Elle s’inscrit dans un travail plus vaste portant sur les carences de l’IE en matière de légitimité (pourquoi fait-elle l’objet d’une réputation sulfureuse ? comment peut-on y remédier ?).

  1. Méthodologie

Le protocole méthodologique s’appuie sur une étude menée par Giroux (2008) in « pourquoi suivons-nous les modes en gestion ? ». Giroux (2008) a mené une étude bibliométrique pour évaluer la fréquence d’apparition des articles académiques sur les thèmes de huit dispositifs de gestion1. Les étapes de son protocole ont été suivies pour visualiser la diffusion de l’intelligence économique au sein des articles académiques « relus par un comité de lecture ». La méthodologie repose sur une procédure composée de 6 étapes.

La première étape consiste à sélectionner une base de données bibliographique. La base de données Business Source Premier (BSP) éditée par EBSCO a semblé être la plus pertinente. Cette dernière propose un historique depuis 1960, un accès à plus de 2300 revues académiques spécialisées en sciences de gestion et un ciblage géographique et disciplinaire des requêtes. En outre, Business Source Premier bénéficie d’une légitimité importante au sein des milieux académiques.

La seconde étape consiste à établir une liste de mots-clefs répondant au thème de l’intelligence économique. Il s’agit de repérer les mots-clefs les plus présents au sein des articles académiques sur le thème de l’IE. La troisième étape consiste à tester l’ensemble de ces mots-clefs au sein de BSP pour s’assurer qu’ils ne donnent pas lieu à des résultats en dehors du thème de l’étude.

Liste des mots-clefs retenus :

  • Business Intelligence

  • Competitive Intelligence

Ces mots-clefs ont permis de déterminer le nombre d’articles académiques édités entre 1960 et 2009 sur le thème de l’IE au sein de Business Source Premier. La requête a été lancée le 23 avril 2010 dans le résumé et la liste de mots-clefs (définis par l’auteur) des articles académiques (relus par un comité de lecture).

  1. Résultats

La requête a fait émerger 892 articles académiques (relues par un comité de lectures) édités entre 1960 et 2009 comprenant au moins un des termes de la formule dans le résumé ou dans la liste des mots-clefs définis par l’auteur2.

Figure 1 : Répartition des résultats en fonction des expressions de la requête.

Source : Business Source Premier, EBSCO, calcul et graphique de l’auteur

  1. Traitement des résultats

Ces résultats ont permis de mesurer l’indice de spécialisation des articles académiques (relues par un comité de lecture) édités entre 1960 et 2009 sur le thème de l’intelligence économique.

  1. Indice de spécialisation

L’indice de spécialisation consiste à évaluer le poids relatif des articles académiques (relus par un comité de lecture) sur le thème de l’IE, par rapport au nombre total d’articles académiques (relus par un comité de lecture) existant au sein de Business Source Premier. Pour obtenir cet indice, la requête a été établie dans le résumé et la liste des mots-clefs des articles académiques (relues par un comité de lectures) pour chaque année qui séparait 1960 de 2009 (comprises), puis comparée au nombre total d’articles académiques (relus par un comité de lecture) existant au sein de la base de données bibliographique Business Source Premier au cours de ces mêmes années.

Les résultats de l’étude de spécialisation ont fait émerger une courbe gaussienne s’étirant sur 44 années de 1960 à 2009.

L’indice de spécialisation le plus élevé est de 148 points alors que l’indice le plus faible est de 4 points (hors années de non édition3). Il existe, de ce fait, un écart de 144 points entre l’indice le plus fort et l’indice le plus faible.

Les années qui présentent l’indice de spécialisation le plus élevé sont comprises entre 1990 et 1999 incluses. La moyenne de ces indices est égale à 100 points, soit 4,34 fois supérieur à la moyenne des indices des autres années (24 points4).

L’indice de spécialisation le plus élevé correspond à l’année 1992 avec un score de 148 points. Cet indice est, quant à lui, 6,16 fois supérieur à la moyenne des indices des autres années (24 points).

La courbe, ci-dessous, présente l’indice de spécialisation (sur une échelle de 100 000) des articles académiques (relues par un comité de lectures) édités entre 1960 et 2009 sur le thème de l’intelligence économique. Une échelle de 100 000 a été retenue afin de pouvoir effectuer une comparaison avec les courbes développées par Giroux (2008).

Figure 2 : Courbe des indices de spécialisation (sur une échelle de 100 000) des articles académiques (relues par un comité de lecture) sur le thème de l’intelligence économique entre 1960 et 2009.

Source : Business Source Premier, EBESCO, calcul et graphique de l’auteur

Table 1 : Valeurs des indices de spécialisation (sur une échelle de 100 000) des articles académiques (relues par un comité de lecture) sur le thème de l’intelligence économique entre 1960 et 2009.

Source : Business Source Premier, EBESCO, calcul et graphique de l’auteur

  1. Biais du test de validité

Cette partie a pour objet de mettre en exergue les principaux biais auxquels est soumis ce test bibliométrique. Ils sont au nombre de deux.

  • Premièrement, la base de données Business source Premier est variablement exhaustive selon les périodes de références. Les dix dernières années sont par exemple mieux informées que la décennie des années 60.

Pour affaiblir ce biais, un calcul fractionnaire a été réalisé. Des indicateurs aux quotients de valeurs présentant les mêmes biais potentiels ont été utilisé [Giroux, 2008].  Cela signifie que le poids des articles publié durant une année sur le thème de l’intelligence économique a été déterminé par rapport au nombre total d’articles (sans requête) publiés durant la même année au sein de Business Source Premier [Giroux, 2008].

  • Deuxièmement, la requête a été menée dans le résumé ou dans la liste des mots-clefs de l’article. Or, il se pourrait qu’un article fasse référence à l’intelligence économique dans son résumé, sans nécessairement porté sur ce sujet. Ce biais a néanmoins été jugé acceptable dans la mesure où la présence du terme demeure un indicateur pertinent concernant la diffusion de l’intelligence économique.

Bibliographie

GIROUX, H. (2008), Pourquoi suivons-nous les modes en gestion ? Revue Gestion.

1 Direction par objectifs, cercles de qualité, juste à temps, gestion intégrale de la qualité et gestion avec la clientèle

2 A titre, d’illustration, nous soulignerons que 3857 articles contenaient au moins une des expressions de la requête dans l’intégralité du contenu textuel.

3 1960, 1961, 1962, 1963, 1964, 1966, 1967, 1968, 1970, 1971, 1979, 1980, 1980, 1981, 1982 et 1983.

4 Moyenne établis hors année de non édition.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s